Epicondylite

La chiro pour traiter l’épicondylite

 

L’épicondylite est une tendinite du coude aussi appelée « tennis elbow » car elle touche les joueurs de tennis lors de l’extension du coude et du poignet. Mais les joueurs de tennis sont loin d’être les seuls à être atteint d’épicondylite.

C’est la plus fréquente des affections du coude.  L’autre tendinite du coude est nommée épitrochléite. La différence entre les deux s’explique par leur localisation : l’épicondylite touche la face externe du coude (les extenseurs), l’épitrochléite la face interne (les fléchisseurs). Les muscles impliqués sont les principaux fléchisseurs et extenseurs du poignet dont l’insertion se fait au niveau du coude.

 

La douleur se situe donc sur l’insertion tendineuse du coude, là où on peut sentir des « boules osseuses ». Elle est très sensible à la palpation, à l’étirement ou à la contraction des muscles incriminés. La douleur peut descendre dans l’avant bras, le poignet, jusqu’à la main et remonter vers l’épaule. Lors d’une épitrochléite, vous aurez une difficulté à fléchir le poignet, lors d’une épicondylite à faire une extension du poignet.

La douleur peut être forte uniquement à l’effort dans un premier temps, puis devenir incessante, même dans les petits mouvements de la vie quotidienne. Certains gestes simples deviennent très douloureux : serrer la main de quelqu’un, tourner une clé, se servir à boire, porter un sac, tenir une casserole… Pour les sportifs, le revers ou le smatch deviennent impossibles.

 

Les causes de l’épicondylite

 

Les causes d’une épicondylite ou d’une épitrochléite sont soit une utilisation prolongée et répétitive du poignet, soit une utilisation inhabituelle et brutale. On retrouve comme causes classiques les chocs, l’utilisation d’outils de jardinage et de bricolage notamment le tournevis, les sports comme le tennis ou le golf, les métiers qui nécessitent une utilisation répétée des poignets.

  • Exemples de pratiques  « à risque » pour une épicondylite : menuisier, maçon, opérateurs de marteaux-piqueurs, ouvrier de chaînes de montage, utilisation fréquente d’un clavier d’ordinateur et d’une souris mal disposés … tennis et autres sports de raquette, musiciens (à corde)
  • Exemple de pratiques « à risque » pour une épitrochléite : golf, sport de raquette, baseball, lancé de poids, manutentionnaire car transport d’objets lourds

 

Certains mouvements favorisent l’apparition de tendinites : la rotation de l’avant bras combinée à la flexion du poignet (tourner une clé), la préhension avec rotation de l’avant bras (attraper une casserole), le mouvement de lancé (lancer une balle au chien) et les mouvements de la main pour frapper des objets (jouer de la batterie).

 

Traitement chiropratique de l’épicondylite

 

Le traitement consiste principalement à l’arrêt de la pratique sportive ou du mouvement en cause. Le repos est obligatoire ! Il faut aussi glacer l’insertion tendineuse. Des séances de kinésithérapie sont de bonne aide.

Le traitement chiropratique va consister à soulager les articulations du frottement et des compensations engendrées par l’épicondylite. A cela s’ajoute un traitement des tendons eux même. Attention, une douleur dans le bras, au coude ou au poignet peut aussi venir de vos cervicales. Le chiropraticien sera capable de déterminer la cause de vos douleurs et de les traiter.

 

Voir aussi:

Définition de la chiropratique

Pourquoi choisir la chiro?

Etre bien?

Hernie

Sciatique

Tendinite

Guérir une tendinite

Tendinite de l’épaule

Tendinite du genou

Tendinite du talon

Douleur cervicale

Vertige

Grossesse et chiro

Nourrisson et chiro

Migraines